sierraleone‎ > ‎

Injustices système éducatif

LIBÉRIA : DES ADOLESCENTS DÉNONCENT LES INJUSTICES DU SYSTÈME ÉDUCATIF
New York, Jan 13 2010 12:50PM
Alors que le Libéria se remet lentement d';une guerre civile longue de 14 années, son système éducatif garde certains côtés de l';anarchie qui y régnait pendant le conflit, selon le Fonds des Nations Unies pour l';enfance (<"http://www.unicef.org/french/index.php">UNICEF).

Lorinah Kolleh, une jeune fille de 17 ans de Kakata, a réalisé un reportage radio sur la corruption des enseignants qui acceptent de l';argent - et quelquefois des faveurs sexuelles - des étudiants en échange de meilleures notes.

Selon un grand nombre d';élèves qu';elle a interviewés, ces deux pratiques sont répandues et la Directrice de l';enseignement secondaire du Libéria l';admet : « Il est exact que parfois des élèves achètent de meilleures notes pour pouvoir être admis dans la classe supérieure, » a-t-elle déclaré à Lorinah.

« Mais les enseignants sous-payés qui acceptent cet argent pour augmenter leurs salaires sont aussi responsables, » dit Lorinah.
Emmanuel Woyean, 16 ans, de Monrovia, veux être ingénieur mais bien qu';il ait fini premier de sa classe au lycée, il n';ira pas à l';école au cours du prochain semestre. Quand sa bourse d';études d';un an dans un institut technique a expiré en juin, il s';est rendu compte qu';il n';avait pas les moyens de continuer.

« Ma mère est enseignante et elle gagne environ 100 dollars par mois soit 1.200 dollars par an, » dit Emmanuel. C';est exactement ce que coûte une année dans une école d';ingénieurs. Mais sa mère doit payer le loyer, acheter de quoi manger et payer les frais scolaires de la soeur cadette d';Emmanuel.

En août, Emmanuel et Lorinah ont participé à un atelier de production d';émissions radiophoniques d';une durée d';une semaine à l';attention de sept jeunes du Libéria. Radio UNICEF - en partenariat avec le programme de l';UNICEF « Back on Track » consacré à l';enseignement dans les situations d';urgence et de transition postérieures à une crise, UNICEF Libéria et les Studios Talking Drums - a animé cet atelier avec trois garçons et quatre filles choisis dans le pays. Ces jeunes ont appris à enregistrer, monter, écrire et réaliser eux-mêmes un reportage.

Lorinah dit qu';elle n';a jamais payé des enseignants pour obtenir ses diplômes mais elle connaît des élèves qui l';ont fait. Elle a demandé à ce que les enseignants qui ont eu des relations sexuelles avec leurs élèves soient démis de leurs fonctions.

Le reportage d';Emmanuel raconte ce que c';est que d';être un jeune homme brillant et plein de motivation au Libéria sans avoir les moyens de poursuivre ses études.

Un des professeurs d';Emmanuel a essayé de l';encourager. Il lui a dit de faire davantage de demandes pour des bourses d';étude auprès du ministère de l';Éducation : « Si tu fais cela en ayant les notes moyennes exigées, je pense que tu peux arriver à être ingénieur et tu seras un espoir pour ton pays. »

L';UNICEF au Libéria diffusera les reportages de ces jeunes pour commémorer le 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l';enfant. La Convention garantit aux enfants, entre autres, le droit à un enseignement de qualité.

Il s';agissait du second atelier, d';une série de plusieurs, menés par Radio UNICEF et le programme « Back on Track ». Leur but : introduire le point de vue des jeunes dans le débat sur l';enseignement dans les situations d';urgence et de transition postérieures à une crise; et aussi de célébrer la Convention.
Jan 13 2010 12:50PM
________________

Veuillez consulter le site du Centre de nouvelles ONU pour plus d'information http://www.un.org/french/newscentre/
Comments